Présentation de la plante

Le sureau (Sambucus) est un arbuste qui appartient à la famille des Caprifoliaceae. Ces plantes ont des feuilles caduques et une magnifique floraison pendant tout le printemps. Ses fleurs sont des ombelles et ont un parfum très agréable. Il existe plusieurs variétés, dont le sureau noir et le sureau rouge.

Photo : Fleurs du sureau

Le sureau noir porte de petits fruits comestibles une fois cuit.

Photo : les fruits du sureau noir

On trouve le sureau le long des chemins, des fossés, des haies, en forêts humides, voire décharges publiques ou dans les ruines. On parle de plante rudérale, c’est-à-dire qui se développe sur les décombres à proximité des maisons. Il se répartit du sud de la Suède à l’Afrique du Nord.

On le trouve le plus souvent sous forme de buisson en forme de boule. Lorsqu’il vieillit, il perd ses branches basses et ressemble alors à un petit arbre.

Le sureau est très intéressant dans l’écosystème pour différentes raisons :

Ces fleurs attirent de nombreux pollinisateurs comme les abeilles, les syrphes ou encore la cétoine dorée.

Photo : Cétoine dorée sur fleur d’aubépine

Le syrphe fait partie de la famille des mouches mais ressemble à une guêpe. C’est une stratégie pour faire peur à ces prédateurs !

Photo : Syrphe

Et les larves de syrphes se nourrissent notamment de puceron ; On parle d’une centaine par jour ! On devine aisément l’intérêt d’avoir ce précieux allié dans notre jardin.

Les fruits du sureau nourrissent de nombreux oiseaux comme les merles, les grives ou les fauvettes à tête noire. Les fruits sont avalés tout rond puis les graines seront ensuite disséminées dans les fientes des oiseaux. En effet, les graines ne sont pas digérées dans l’estomac des oiseaux !

Enfin, nous pouvons citer l’oreille de Judas qui est un champignon qui pousse essentiellement sur le bois mort du sureau. Ce champignon a la capacité d’accumuler les métaux lourds du sol et il pourrait donc être utile pour assainir nos sols pollués.

Le sureau dans notre jardin

Cet arbre a de nombreuses qualités et a tout à fait sa place dans nos forêts jardins.

En effet, le sureau est une plante très facile à cultiver. Il est souvent présent en lisière de forêt ou dans les friches. De ce fait, il peut pousser au soleil ou à la mi-ombre.

Le sureau s’adapte à tous les sols et ne nécessite pas d’engrais ou de compost. Il faut simplement veiller, les premières années, à lui apporter un peu d’eau en cas de fortes sécheresses.

Il est également très facile à multiplier :

Vous pouvez prélever en automne (idéalement en novembre) des petits rameaux de branches d’une vingtaine de centimètre. Vous supprimez les feuilles dans la moitié basse. Puis vous enfoncez votre bouture dans un mélange équilibré de terre, compost et sable.

Pour faciliter la reprise, vous pouvez mettre un bocal en verre retournée sur votre bouture. On parle de bouture à l’étouffée. Il faudra garder la terre humide.

Au printemps, vous pourrez mettre votre sureau en terre.

Il existe une technique encore plus simple : la macro-bouture. Vous pouvez en effet tenter de mettre directement une branche avec un diamètre d’environ 1cm enfoncée à 30 cm dans le sol. 

Cet arbre aura une place importante dans nos forêts jardin. Son biotope nous donne les indications suivantes : c’est une plante qui pousse facilement, souvent en lisière de forêt ou dans les friches. On parle de plantes pionnières. De ce fait, elle va avoir un rôle important dans la succession de l’écosystème pour faciliter notamment la mise en place d’un sol forestier. Chaque année, ces feuilles et son bois qui tombent au sol vont nourrir la vie du sol et de ce fait contribuer à créer du sol.

C’est ainsi que nous pouvons utiliser le sureau dans nos projets.

Entre deux arbres fruitiers par exemple, nous pouvons planter une haie de sureau qui va durant plusieurs années produire du bois et des feuilles qui viendront enrichir mon écosystème. Si ce sureau devient trop volumineux ou commence à faire de l’ombre à mes arbres, je n’aurais qu’à le tailler.

Photo : de nombreux arbustes dont les sureaux sont plantés dans les haies entre les arbres fruitiers.

De plus, la présence du sureau va attirer des oiseaux et des insectes avec les bénéfices que nous avons déjà cités plus haut.

Les usages

L’écorce et les feuilles possèdent des propriétés diurétiques et laxatives et également analgésiques et sédatives. 

Avec le suc frais sert, on prépare le rob de sureau. Il s’agit d’un sirop utilisé notamment en Espagne pour soigner les grippes, bronchites et rhumes.

Les fleurs fraiches séchées sont également puissamment sudorifiques.

Selon Le département de biologie de l’université de Lyon, les propriétés médicales du sureau ont été reconnues et prouvées. En effet, chose assez rare, la plante a donné lieu à plusieurs essais pharmacologiques publiés dans des revues scientifiques :

1) En 1986, la commission E, un organisme gouvernemental allemand, approuvait l’usage médicinal des fleurs de sureau pour le traitement du rhume.

2) En 1995 sont publiés les résultats d’un essai clinique à double insu avec placebo menés en Israël au cours d’une épidémie de grippe. Ils démontrent qu’un extrait de baies de sureau (Sambucol) était nettement supérieur au placebo pour le soulagement des symptômes de la grippe. Au bout de deux jours, 93% des sujets traités au sambucol voyaient un soulagement significatif de leurs symptômes, tandis qu’il fallait 6 jours pour que 91% des personnes du groupe placebo montrent une amélioration similaire.

3) En 1999, l’OMS reconnaissait l’usage traditionnel des fleurs de sureau comme diaphorétique (= qui provoque la sudation).

 Au niveau culinaire, on trouve le sureau dans de nombreuses préparations:

Les tsiganes consomment les inflorescences frites dans de la pâte à beignets. D’ailleurs cette recette se fait également avec des fleurs d’acacias.

Les baies sont récoltées couramment dans le Nord de l’Europe, en Suisse, en Espagne pour la confiture. On y prépare aussi un sirop de baies.

Photo : confiture de baies

Enfin, le sureau a une qualité surprenante qui fait la joie des enfants : si l’on prend un rameau, on verra à l’intérieur une moelle blanche très molle. Il est très facile de l’enlever et d’obtenir ainsi un tube qui permettra de fabriquer un sifflet ou une sarbacane !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.